La mode redistribue les cartes. Elle se focalise sur un produit. Elle le transforme et parfois le hisse jusqu’au statut d’icône. On ne va pas se mentir, les sneakers sont aujourd'hui des pompes fétiches, indispensables à tous les pieds. Un objet culte et vivant à la fois, avec une infinité de variations. Tout le monde y a goûté : sportifs, rappeurs, artistes, et plus discrètement, les collectionneurs.

Naissance de la basket

La basket doit tout au caoutchouc et au procédé de vulcanisation de Mr Goodyear, le roi du pneu. Les toutes premières chaussures de sport en toile dotées de cette fameuse semelle arrivent en 1868. A l'origine réservées aux sportifs, elles gagnent rapidement le terrain de la ville, notamment grâce à Reebok. Vient ensuite les différentes versions de Chuck Taylor par Converse et réservées aux tennismen comme Jimmy Connors qui révolutionne la mode streetwear.

Les sneakers et le Hip-Hop

Les années 70 font de la basket un outil d’intégration urbaine à travers le mouvement hip-hop. Les rappeurs s’en emparent. Avec cette allure bad-boy, les sneakers remplacent peu à peu l’attirail bling-bling des chanteurs de studio. Adidas entre dans la course avec son plus fameux contrat sponsoring de 1 million de dollars signé avec le groupe de rap DMC.

Une culture urbaine

Le basketball

Puis arrive le basket qui détrône sensiblement le football. Nouveau sport urbain. Michael Jordan, star américaine, s’affiche avec des Nike aux pieds. C’est le début d’un mouvement planétaire consacré aux sneakers. Les signes de la culture urbaine et populaire gagnent peu à peu l’univers du luxe. Les sneakers deviennent des prétextes à créations. La basket de luxe fait son apparition sur la scène des grands noms de la chaussure comme Balenciaga, Lanvin, ou Louboutin. Les griffes de ces créateurs transforment les sneakers en accessoire de luxe : éditions limitées, sur-mesure, couleurs originales… Le sport et le luxe se tiennent la main dans un engouement irrationnel autour de la chaussure.

La rue du luxe

Le luxe veut faire preuve d’humilité en s’appuyant sur la culture urbaine. Sur un plan marketing, cela est efficace. Les sneakers deviennent un accessoire partagé par tous, accessible à tous, avec le marché de contrefaçon qui en découle. Aujourd’hui, ces baskets arrangées, transformées, émancipées, ne se portent plus qu’en ville. Elles proposent un confort incomparable. Elles séduisent aussi bien les jeunes que les vieux. A travers les âges et les tendances, elles prennent autant de significations que l’on veut bien leur donner.